Impact d’un apprentissage moteur intensif sur le contrôle cognitif d’enfants atteints de paralysie cérébrale (PC).

Par Yannick Bleyenheuft
Avec le soutien de :

Financement en 2016

Montant : 65 000 € - Ce financement a été apporté pour partie par la SESEP (Société d'Etudes et de Soins pour les Enfants Paralysés et Polymalformés)
  • La rééducation intensive permettrait d’obtenir des changements significatifs des capacités motrices des enfants atteints de PC. Cette rééducation prend la forme de stages thérapeutiques sur deux à trois semaines, avec une adaptation graduelle des difficultés des jeux ou tâches proposés.
  • Cependant, des enfants présentant les mêmes difficultés motrices au départ évoluent différemment au cours de ces interventions intensives. Ce projet a pour objectif d’étudier l’impact de la PC sur les zones du cerveau permettant l’apprentissage de nouvelles tâches et le rôle que pourrait jouer la rééducation intensive dans le développement des zones corticales dédiées à l’apprentissage moteur
  • La rééducation intensive pourrait permettre non seulement de modifier les capacités motrices des enfants, mais également leur capacité à apprendre de nouvelles tâches motrices par la suite.
Rééducation

L'équipe

fondation-motrice_yannick-bleyenheuft

Dr Yannick Bleyenheuft

Ce projet est porté par Yannick Bleyenheuft, Docteur en sciences de la motricité, Chercheur à l’Institut des Neurosciences et Professeure à la Faculté des sciences de la motricité à l’Université Catholique de Louvain (Belgique). Elle est titulaire de la Chaire pour les évidences neurophysiologiques en rééducation intensive, dont le groupe de recherche s’intéresse à l’optimisation des paramètres de rééducation intensive chez les patients atteints de lésions cérébrales et particulièrement chez les enfants PC.

Contexte

Depuis une dizaine d’années, la littérature scientifique a montré que des modèles thérapeutiques s’appuyant sur de la rééducation intensive permettrait d’obtenir des changements significatifs des capacités motrices des enfants atteints de PC. Cette rééducation prend la forme de stages thérapeutiques de 60 à 90 h sur deux à trois semaines, avec une adaptation graduelle des difficultés des jeux ou tâches proposés.

Cette thérapie permet des changements moteurs associés à des modifications des zones du cerveau contrôlant les membres parétiques. Mais on a observé que des enfants présentant les mêmes difficultés motrices au départ pouvaient évoluer différemment au cours de ces interventions intensives. On a donc fait l’hypothèse que, pour certains d’entre eux, les déficits pourraient survenir non seulement dans les zones motrices du cerveau, mais également dans les zones permettant l’apprentissage de nouvelles tâches motrices.

Objectifs et méthodologie

Ce projet a donc pour buts d’investiguer :

  • L’impact de la PC sur les zones du cerveau permettant l’apprentissage de nouvelles tâches. L’évaluation des fonctions d’exécution d’une tâche motrice nouvelle sera réalisée à l’aide de l’imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (IRM), sur un groupe de 20 enfants PC et sur un groupe de 20 enfants à développement typique (groupe témoin).

 

  • La corrélation entre l’activité cérébrale associée au contrôle cognitif et l’acquisition de nouvelles compétences motrices chez l’enfant PC. L’hypothèse selon laquelle les enfants qui ont le plus d’activités au départ sont aussi les meilleurs apprenants sera testée sur un groupe de 12 enfants ayant suivi le programme de rééducation intensive.

 

  • Le rôle que pourrait jouer la rééducation intensive dans le développement des zones corticales dédiées à l’apprentissage moteur. Pour cela, 24 enfants PC seront répartis en deux groupes de 12, l’un suivant le programme de rééducation intensive, l’autre non (groupe témoin). L’analyse des résultats d’imagerie fonctionnelle sera faite avant l’intervention et 2 semaines après.

Résultats d'avancement

  • Les tâches de manipulation, utilisables pour les tests de comportement aussi bien que pour l’imagerie de résonnance magnétique, ont été définies. Elles ont donné lieu à une étude pilote en cours de publication.

 

  • La moitié des enfants PC impliqués dans l’étude ont été évalués, tant du point de vue comportemental que du point de vue de la neuro-imagerie. Le pré-traitement des données de neuro-imagerie est achevé.
  • Des publications obtenues à partir de données précédemment acquises sur les changements produits par le traitement intensif sont en cours de soumission : les résultats ont permis de déterminer les réseaux neuronaux associés aux changements produits par la thérapie.

Perspectives

Ce projet de recherche a donc pour but d’investiguer l’impact de la PC sur les zones du cerveau permettant l’apprentissage de nouvelles tâches, et le rôle que pourrait jouer la rééducation intensive dans le développement de ces zones corticales dédiées à l’apprentissage moteur. Ce type de prise en charge thérapeutique pourrait permettre de modifier non seulement les capacités motrices des enfants, mais également leur capacité à apprendre de nouvelles tâches motrices par la suite.

Pour aller plus loin

  • Bleyenheuft Y, Ebner-Karestinos D, Surana B, Paradis J, Sidiropoulos A, Renders A, Friel KM, Brandao M, Rameckers E, Gordon AM. Intensive upper- and lower-extremity training for children with bilateral cerebral palsy: a quasi-randomized trial. Dev Med Child Neurol. 2017 Jun;59(6):625-633.Voir l'article
  • Bleyenheuft Y, Dricot L, Gilis N, Kuo HC, Grandin C, Bleyenheuft C, Gordon AM, Friel KM.Capturing neuroplastic changes after bimanual intensive rehabilitation in children with unilateral spastic cerebral palsy: A combined DTI, TMS and fMRI pilot study. Res Dev Disabil. 2015 Aug-Sep; 43-44: 136–149.Voir l'article
  • Araneda R. Neuroplastic changes following motor skill training (HABIT-ILE) in children with unilateral spastic cerebral palsy: an fMRI studyVoir l'article

Apprentissage moteur intensif, zone motrice du cerveau, imagerie cérébrale, membre parétique, contrôle cognitif.